Retour aux actualités

actualités

24 janvier 2017

L’Alliance démocratique de Terrebonne (ADT) se met en branle avec la tenue le dimanche 29 janvier de son premier congrès d’orientation.

«Ce congrès constituera les bases d’une alternative politique en vue des élections du 5 novembre. Le contexte actuel est un puissant incitatif à un regroupement des forces vives sur la scène municipale. Vous avez été nombreux, comme moi, à réaliser qu’il y avait un déficit démocratique important au conseil municipal», de dire le président de l’ADT, Marc-André Plante.

Selon lui, la naissance de l’ADT est une réponse concrète au désir de plusieurs citoyens à définir une autre culture à l’hôtel de ville. «Ici, je fais référence à une culture plus transparente des affaires municipales et à une place prépondérante des conseillers municipaux et des citoyens dans les décisions de notre communauté», d’ajouter M. Plante. Entendant revoir la charte de la Ville et les rôles de l’exécutif, ce parti juge que les tentatives du nouveau maire sont timides pour renforcer certains éléments favorables à la participation citoyenne. «Le lien de confiance est rompu», évalue M. Plante.

Pour ce dernier, il faut renouveler le climat au sein de l’administration, proposer des changements novateurs et poursuivre le développement des services avec l’appui des employés. «Le dynamisme économique est au rendez-vous et j’ai bon espoir que nous allons retrouver notre fierté d’antan. Étant de natif de Terrebonne, je peux affirmer, sans équivoque, que notre ville est un endroit magnifique pour y vivre et y travailler. Soyez attentifs aux idées et aux débats que nous allons provoquer en 2017. Le changement est possible pour une fois. Et pourquoi pas l’Alliance démocratique de Terrebonne?», conclut-il.

http://www.larevue.qc.ca/municipal_marc-andre-plante-pourquoi-pas-un-changement-a-terrebonne-n40331.php​